Imprimer cette page | Fermer la fenêtre
Base logistique de l'armée

HDes experts de haute volée à la « Swiss Interoperability Military Medical Conference »

27.06.2012 | Communication BLA

Une centaine d’experts suisses et étrangers ont participé à la « Swiss Interoperability Military Medical Conference », organisée du 7 au 12 mai 2012, à la PostFinance-Arena de Berne. En plus d’un échange fourni d’idées, les participants ont pu tirer profit de discussions intéressantes et de nombreux rapports réalistes, par exemple sur l’importance des soins médicaux préhospitaliers, entre autres lors d’engagements en Afghanistan.

Une centaine d’experts suisses et étrangers ont participé à la « Swiss Interoperability Military Medical Conference », organisée du 7 au 12 mai 2012, à la PostFinance-Arena de Berne. (Agrandissement dans une nouvelle fenêtre)Agrandissement dans une nouvelle fenêtre
Une centaine d’experts suisses et étrangers ont participé à la « Swiss Interoperability Military Medical Conference », organisée du 7 au 12 mai 2012, à la PostFinance-Arena de Berne.

Une centaine de délégués des nations membres de l’OTAN et des nations du Partenariat pour la paix (PPP) et de représentants d’organisations internationales (CICR, OMS) et d’ONG ont participé à la « Swiss Interoperability Military Medical Conference » qui s’est tenue du 7 au 12 mai 2012. Cette conférence a remplacé la « NATO Operations Medical Conference 2012 (NOMC 2012) », initialement prévue et qui a été annulée à très brève échéance en raison de problèmes politiques internes à l’OTAN. Vu sa longue tradition humanitaire au niveau politique et en tant que nation partenaire du PPP, la Suisse a décidé d’assumer le parrainage de cette manifestation et d’organiser la conférence, en amenant toutefois quelques modifications mineures à son programme. L’Allemagne et l’Autriche lui ont apporté leur soutien. Les participants ont pu bénéficier d’une organisation hors pair et de la présence d’un grand nombre de représentants suisses et étrangers de haute volée, jouissant tous d’une longue expérience en termes d’engagement.

Dans son discours d’ouverture, le médecin en chef de l’Armée suisse, le divisionnaire Andreas Stettbacher, a rappelé la tradition humanitaire de notre pays et sa neutralité, un statut particulièrement bien adapté pour organiser la conférence portant sur le bien des patients en mission. Et de déclarer en substance que les discussions politiques ne doivent pas faire obstacle à cette mission inaliénable – l’engagement quotidien en faveur des patients – et donc aux efforts consentis pour développer, à l’appui d’un consensus international, des concepts visant un meilleur traitement des blessés et des malades.

La première partie de la conférence était consacrée aux soins médicaux préhospitaliers prodigués aux blessés. Les missions effectuées en Afghanistan ont, une fois de plus, montré que les dix premières minutes qui suivent la blessure sont décisives : les chances de survie sont sensiblement accrues lorsque, dans ce laps de temps, on arrive à stopper l’hémorragie et à assurer la respiration.

La deuxième partie traitait de la collaboration entre le service sanitaire de l’OTAN et de l’UE, les organisations internationales et les ONG (« Comprehensive Approach »). Il est apparu que la perception de cette « Comprehensive Approach » diffère selon le point de vue et qu’elle n’a pas (encore) de définition communément acceptée. Une telle approche n’est possible que par des efforts et un respect mutuels. Les participants étaient néanmoins unanimes à penser qu’il n’existe aucune alternative à la collaboration étroite entre les organisations, qu’elles soient militaires ou non, et qu’une action commune menée en unissant les forces dans le cadre d’opérations complexes ne présente pas seulement un avantage, mais est, dans bien de cas, une nécessité, même en tenant compte du manque toujours croissant des ressources.

Une attention toute particulière a été accordée au thème des « Network Tools » dans le cadre de la « Comprehensive Approach ». D’ailleurs, ce que l’on appelle une MEDACTool Experimentation a eu lieu au cours des deux premiers jours, en marge de cette conférence. MEDACTool (Medical Assistance & Collaboration Tool) est un cyberlogiciel développé par l’OTAN et destiné à livrer, en particulier à des organisations médicales engagées sur le terrain, des informations sur la situation sanitaire et à donner la possibilité d’échanger des ressources médicales (personnel et matériel) sur les lieux d’engagement. Un exemple fictif est venu étayer cette mise en pratique.

La troisième partie portait sur les opérations menées actuellement par l’OTAN, avec, à l’appui, des exposés sur l’évolution médicale dans les Balkans et sur l’opération ISAF. En outre, la Suisse a pu présenter les cours LOAC (cours de droit international des conflits armés sous le parrainage du Comité international de médecine militaire - CIMM).

La conférence de Berne, par les discussions approfondies qu’elle a suscitées, a contribué à lever les malentendus et à permettre aux organisations internationales, aux ONG et aux armées de poursuivre leur collaboration dans le futur.

 


Parrainage : divisionnaire Andreas Stettbacher, Dr méd. et médecin en chef de l’armée, avec les médecins en chef de la Bundeswehr et de l’armée autrichienne, respectivement le Generaloberstabsarzt (grade correspondant à celui d’un commandant de corps) Ingo Patschke et le brigadier Robert Hofmann, Dr méd.

Direction du projet : Raimund Bruhin, lt col, Dr méd., remplaçant du médecin en chef de l’armée
Coordination scientifique : Raimund Bruhin, lt col Oberstlt, Dr méd., remplaçant du médecin en chef de l’armée ; brigadier Frank Schindelhauer, conseiller médico-militaire en chef, QG OTAN, SHAPE, Belgique

Organisation de l’événement : Maurice Steiner, colonel, QG Affaires sanitaires ; colonel Martin Bächtold, officier de carrière ; Philipp Tobler, QG Affaires sanitaires

La Suisse, une nation du PPP
Depuis 1996, la Suisse est une nation du PPP. Le service sanitaire de l’Armée suisse entretient des rapports étroits avec les services sanitaires de l’OTAN et des Etats du Partenariat. Elle prend également une part active au sein des groupes de travail et des organes d’experts de l’organisation COMEDS. C’est ainsi qu’en 2009, la première séance du COMEDS organisée dans un pays ne faisant pas partie de l’OTAN a eu lieu en Suisse. En matière sanitaire, le COMEDS est l’organe consultatif le plus élevé au sein de l’OTAN et des Etats du Partenariat.

En 2010, le service sanitaire de l’Armée suisse a organisé deux autres conférences pour des groupes de travail médico-militaires : le Military Medical Standards Operation and Procedure (MMSOP), qui correspond au conseil de doctrine de la médecine militaire de l’OTAN, et l’Aeromedical meeting, qui traite toutes les questions en lien avec l’évacuation médicale aérienne.

 

 

 

 

 

 

Imprimer cette page | Fermer la fenêtre